les ecussons de la BF de Lons le Saunier
banniere
Retour vers le texte


Tambours "spéciaux"

 tambour de cantonnier dit tambour de manchot tambour de manchot : détail
Tambour de cantonnier dit :
tambour de manchot
Détail


Pour faire les annonces, il arrivait souvent, dans les communes, que le préposé soit incapable de se servir d'un tambour. Alors on lui procurait un tambour "de manchot". C'était la petite machine représentée sur ces photos. En tournant la manivelle, on obtenait un semblant de roulement, en coups simples, peu mélodieux, mais efficace pour alerter les citoyens. Il ne s'agit pas vraiment d'un instrument de musique, mais d'une curiosité.



Le maire de Neublans-Abergement, dans le Jura, en a retrouvé un en fort mauvais état. Ayant le souci de maintenir le patrimoine historique, même petit, de sa commune, il nous a demandé de le rendre présentable.

Tambour de Neublans-Abergement

remis en état






Le fonctionnement était fort simple :


Quand on tourne la manivelle, une des cames appuie sur l'extrémité intérieure de la baguette et la fait descendre en tendant le ressort. Le coté olive se soulève. L'extrémité intérieure échappe à la came, le ressort se détend et l'olive est projetée sur la peau.



On peut noter que Léonard de Vinci, un peu sur le même principe, a construit des machines plus importantes. Elles donnaient, aussi, des rythmes plus compliqués et bien définis au niveau musical. Elles devaient être prévues pour des représentations de théâtre ou d'opéra, mais aussi pour la marche des militaires. On peut en admirer, soit des reconstitutions réalisées suivant ses plans dans les expositions sur Léonard inventeur, soit ses magnifiques dessins.

Des maquettes (grandeur réelle et parfaitement fonctionnantes), réalisées par l'Association de Recherche culturelle Léonard de Vinci (c.p.494, CH-1951 Sion) sont visibles, d'avril à octobre, à l'Exposition Léonard de Vinci Inventeur, en Suisse à Martigny, Fondation Pierre Gianadda.

 tambour automatique, trainé marquant le rythme
Tambour militaire mécanique (pour la marche), vers 1493,
par Léonard de Vinci
Sanguine, Milan, Biblioteca Ambrosiana.


Les personnes intéressées par cet instrument de Léonard peuvent se reporter au livre "Les machines de Léonard de Vinci", livre paru chez Gründ. Le fonctionnement en est détaillé sur plusieurs pages avec des croquis explicatifs.